Accueil > Informations > L’hôtel Walled Off de Banksy à Bethleem

L’hôtel Walled Off de Banksy à Bethleem

Publié le jeudi 3 janvier 2019, Thèmes : - Culture, Lieux : - Bethléem

Agence Media Palestine

Jonathan Cook – The National – 21 décembre 2018

"Dans l’hôtel Walled Off de Banksy à Bethlehem"

".....dans la ville palestinienne de Bethléem, un projet artistique de Banksy bien plus ample – un hôtel qui vante « la pire vue au monde »- semble être préservé, de façon inattendue, d’une ... destruction planifiée.
.......
Au départ, l’hôtel Walled Off a été conçu comme une installation artistique temporaire et provocatrice, faisant du mur oppressif de 700 km de long qui coupe la terre palestinienne occupée, une attraction touristique improbable. Les visiteurs attirés à Bethléem par l’art de Banksy – tant à l’intérieur de l’hôtel que devant le mur colossal qui se dresse à l’extérieur – goûtent brièvement mais puissamment à ce qu’est la vie des Palestiniens à l’ombre de l’infrastructure d’enfermement de l’armée israélienne.

Contre toute attente, [l’hôtel] s’est avéré si réussi, qu’il a rapidement rivalisé comme attraction touristique majeure avec le site de pèlerinage traditionnel de la ville, ce lieu réputé être le lieu de naissance de Jésus, l’Église de la Nativité. « L’hôtel a attiré 140 000 visiteurs – des Israéliens, des Palestiniens, aussi bien que des étrangers – depuis son ouverture » dit Wissam Salsa, le cofondateur et directeur palestinien de l’hôtel....

L’exception à la règle de Banksy
.......
...Banksy semble, contrairement à son habitude, réticent à suivre ce qu’il a fait avec La fille au ballon et Dismaland et à détruire sa création de Bethléem. Quelque 21 mois plus tard, celle-ci apparaît comme un élément permanent du paysage touristique de cette petite ville.

Etant donné le côté notoirement insaisissable de Banksy, on peut difficilement être sûr de la raison pour laquelle il a fait une exception pour l’hôtel Walled Off. Mais connaissant aussi sa sympathie notoire pour la cause palestinienne, quelques raisons se présentent d’elles-mêmes. L‘une est que, s’il était prêt à abandonner l’hôtel, les autorités militaires israéliennes en seraient ravies. Elles adoreraient voir disparaître l’hôtel Walled Off – et, avec lui, une raison majeure de mettre l’accent sur un aspect particulièrement laid de l’occupation israélienne. De plus, la démolition de l’hôtel ferait désagréablement écho à la politique appliquée de longue date par Israël, qui consiste à chasser les Palestiniens de leur terre – pour libérer invariablement de l’espace pour des colonies juives.

Un exemple rare de réussite

En conservant l’hôtel, Banksy semble avoir été influencé par le « soumoud » palestinien, mot arabe pour constance, un engagement à rester ferme face à la pression et à l’agression israéliennes. Mais il est significatif qu’une considération pratique intervienne : l’hôtel Walled Off est rapidement devenu une réussite rare dans les territoires occupés et a boosté l’économie palestinienne qui lutte pour se maintenir. Cela s’est produit malgré les plus gros efforts d’Israël d’ infléchir la courbe du tourisme à Bethléem, notamment en faisant de la visite du mur et d’un checkpoint israélien une expérience frustrante.
.........

Banksy est arrivé en 2005 pour peindre à la bombe à peinture ce qui était alors une surface largement intacte et à y créer une série d’images frappantes. Il a déclenché une vague d’imitateurs locaux et étrangers. À Bethléem, le mur est rapidement devenu une toile géante pour la résistance artistique, dit Salsa.

Bien après, en 2014, Banksy a eu l’idée de l’hôtel. Salsa a trouvé un grand bâtiment d’habitation abandonné depuis plus de dix ans à cause de sa proximité avec le mur. Le Walled Off était né secrètement. « C’était un endroit fou pour un hôtel » dit Salsa. « L’avoir trouvé donnait l’impression d’une intervention divine. C’était proche de la route principale menant à Jérusalem, donc personne ne pouvait nous ignorer ».

La réalité des Palestiniens

L’hôtel était aussi, et c’est important, dans un des quelques secteurs de Bethléem appartenant à la « Zone C », les parties de la Cisjordanie classées par les accords temporaires d’Oslo comme sous contrôle israélien total. Cela voulait dire que l’armée ne pouvait pas empêcher les Israéliens de s’y rendre...

« En vérité, les Israéliens viennent surtout pour voir le côté artistique. Mais ils ne peuvent pas faire autrement que d’apprendre pas mal de choses tant qu’ils sont là ».

Salsa est heureux que l’hôtel Walled Off procure un bon salaire à 45 employés locaux et à leurs familles. Son espoir en ouvrant l’hôtel était « d’encourager plus de touristes à rester à Bethléem et qu’ils entendent notre histoire, notre voix ».

.....

Mais il insiste aussi sur d’autres façons créatives de lutter et de s’exprimer plus fortement. Il propose l’art comme un modèle de résistance.
.....

L’impact mondial

L’impact continu de l’hôtel a été souligné le mois dernier quand il a été présent pour la première fois au stand palestinien à la manifestation annuelle du Marché mondial du Voyage à Londres, le plus grand salon de l’industrie touristique du monde. L’événement attire 50 000 professionnels du voyage qui traitent plus de 4 milliards de dollars (3,5 milliards €) de contrats pendant le salon.
......
Rula Maayah, la ministre palestinienne du tourisme a félicité Banksy pour le changement d’image qu’il produit du tourisme en Palestine, en redirigeant des jeunes en Cisjordanie, souvent pendant qu’ils sont en visite en Israël. « Il fait la promotion de la Palestine et se centre sur l’occupation, mais en même temps il parle de la beauté de la Palestine » a-t-elle dit.

......

Un sanctuaire dans un État policier
........
Lors de ma visite au Walled Off en octobre, me garant à l’extérieur, j’ai découvert une demi douzaine de soldats israéliens armés sur le toit terrasse de l’hôtel. Lorsque l’un d’eux m’a fait signe de la main, je me suis demandé si j’avais été pris dans un des célèbres canulars artistiques de Banksy. Mais ce n’était pas le cas. Ils étaient vrais – présents pour surveiller des extrémistes juifs célébrant une fête religieuse près de la tombe de Rachel.
...............................

Une histoire de résistance

Le lobby donne sur un musée qui est probablement le plus complet en termes de documentation des méthodes variées de colonisation et de contrôle d’Israël sur les Palestiniens et de l’histoire de leur résistance.
................

Un panneau « Désolés – hors service » est accroché en permanence à un ascenseur, ses portes semi-ouvertes révélant qu’il est, en fait, muré.

Pas de souvenirs

Bien que Banksy ait conçu le design des pièces sur un mode thématique, seules certaines pièces sont dotées d’œuvres originales ; c’est dans la suite présidentielle qu’il y en a le plus.

Peinture murale de l’artiste graffeur Banksy figurant ,dans l’une des chambres, un membre de la police des frontières israélienne et un Palestinien engagés dans une bataille de polochons. Sipa Press

.......................................

Des pièces-manifestes

........
Les chérubins armés d’une barre à mines qu’il a apportés à Londres ont été peints à temps pour Noël l’an dernier, lorsqu’il a recruté le réalisateur de cinéma David Boyle – connu pour Le Pouilleux millionnaire – à mettre en scène une nativité alternative pour des familles locales sur le parking de l’hôtel. La BBC a fait un documentaire de l’Alternativité, qui donne à voir un vrai âne et de la vraie neige produite par une machine située sur le toit du Walled Off. Banksy avait une fois de plus trouvé un moyen de persuader la TV en prime-time de mettre en lumière le mur israélien d’oppression.

...........................

Est-ce du tourisme de guerre ?

Salsa rejette purement et simplement l’argument de certains critiques locaux et étrangers disant que l’hôtel exploite la misère des Palestiniens et constitue un exemple de « tourisme de guerre ».

Il fait remarquer : « La fête Balfour a intéressé les media à une histoire qu’ils n’auraient pas couverte autrement, parce qu’elle ne comportait pas de violence ni de bain de sang ».
.....

Il ajoute que la partie de Bethléem dans laquelle se situe le Walled Off aurait été réduite à néant si Banksy n’avait pas investi ses propres fonds et son temps dans le projet. De même qu’au personnel, l’hôtel a fourni du travail à des guides touristiques, des chauffeurs de taxi, des hôtels avoisinants, plus abordables, des magasins et des stations-service. « C’est une forme de résistance très importante » dit-il.

C’est aussi un exemple rare où des Palestiniens ont récupéré de la terre qui était aux mains de l’armée israélienne. De l’autre côté du mur il y avait un grand camp de l’armée jusqu’à ce que l’hôtel se mette à attirer un nombre significatif de visiteurs.

« L’armée n’aimait pas que des tas de touristes prennent des photos dans sa proximité, aussi sont-ils allés plus loin, hors de vue ».

..........

Source : The National
Traduction : SF pour l’Agence Media Palestine

1 Le nom de l’hôtel est un jeu de mots qui évoque le nom du célèbre hôtel de luxe Waldorf Astoria et qui indique en même temps sa proximité avec le mur de l’apartheid (ndlt)


Voir en ligne : Dans l’hôtel Walled Off de Banksy à Bethleem - Jonathan Cook

Articles similaires