Accueil > Informations > Plats traditionnels : Le Fasikh (poisson salé)

Plats traditionnels : Le Fasikh (poisson salé)

Publié le mercredi 28 juin 2017, Thèmes : - Culture, Lieux : - Hébron

C’est une habitude populaire respectée de génération en génération de manger le fasikh le matin de la fête de l’Aïd al-Fitr (fête de la fin du ramadan). Sans ce plat, l’Aïd ne sera une vraie fête : c’est le plat principal.

Le fasikh est de deux sortes. Le plus cher, à environ 35 dollars, est le poisson fumé. Le moins cher, à environ 7 dollars, est entassé dans des barils en bois, dans une bonne quantité d’eau, de sel, de citron.

On dit que le fasikh fortifie le système digestif.

Au milieu du souk d’al-Qazzazine, au cœur de la ville d’al-Khalil (Hébron), le "hadj" Mohammed Ali an-Nitcha, 67 ans, tient une boutique d’épices et de cornichons, depuis de longues années. (Photo CPI)

Madame Hadja Khadra Swelem, 77 ans, habite dans le quartier d’al-Cheikh de la ville d’al-Khalil. Elle achète le poisson en question un peu avant l’Aid, coupe ses nageoires, le nettoie et le trempe dans l’eau. L’eau est changée à plusieurs reprises. Puis on le trempe dans des épices spéciales, avant de le frire dans de l’huile d’olive.

Le poisson appelé fisikh sera présenté sous du curcuma et avec du poivron et de la sauce de tomate.

« Pas un an sans le fasikh, depuis plus de cinquante ans. C’est le plat principal de l’Aïd al-Fitr, depuis le temps où nous étions à Jaffa, avant l’exil », dit-elle finalement.


Rédigé à partir de l’article de french.palinfo.com

Articles similaires