Accueil > Festival 2017 > « Recollection » film de Kamal Aljafari

« Recollection » film de Kamal Aljafari

Publié le jeudi 9 mars 2017, Thèmes : - Films

Recollection

Dans son nouveau film, Recollection, Kamal Aljafari utilise, comme matériau brut, des séquences puisées dans des films israéliens pour explorer, reconstruire et partager une histoire inaccessible :

« Depuis plusieurs années, je collectionne des films de fiction israéliens tournés à Jaffa, certains datant d’aussi loin que 1960. Dans ces films, on a fait disparaître des Palestiniens, mais ils existent encore en bordure des images, visibles sous forme de traces. Une ville également est préservée ; elle reprend vie dans les images en mouvement, sa destruction s’opérant peu à peu, au fil des décennies, documentée film après film. À partir de diverses séquences tirées d’une douzaine de films, j’ai excavé une communauté entière et recréé une ville. Bien qu’ils soient flous ou à peine aperçus, j’ai reconnu des amis d’enfance, des personnes à qui je disais “bonsoir” quand j’étais enfant ; mon oncle aussi. J’ai effacé les acteurs, j’ai photographié les arrière-fonds et les bordures ; et j’ai fait des passants les personnages principaux du film. Dans mon film, je retrouve mon chemin à partir de la mer, comme dans un rêve. J’erre à pied, parfois hésitant, parfois perdu. Je flâne dans la ville ; je flâne parmi des souvenirs. Je filme tout ce que je rencontre puisque je sais que, maintenant, cela n’existe plus. Je retourne à un temps perdu. »

Bande annonce

– Kamal Aljafari

« Kamal Aljafari est le chroniqueur de l’impossible, un visionnaire de la disparition. Son nouveau film, Recollection, le situe quelque part entre Luis Buñuel, le Salvador Dali (Un Chien Andalou) des premiers temps et l’œuvre toute entière et magnifique du regretté Mani Kaul. Dans son nouveau film, Recollection, Aljafari offre une vision inquiétante de ruines et de débris en tant que restes matériels et comme mémoriaux, faisant ainsi avancer son art à pas de géant. Si la signification de cette œuvre est multiple, elle réussit toutefois à remplir deux tâches contradictoires : la défaite de la caméra omnisciente et la mise en scène de vestiges. En permettant ainsi à la mémoire de se mettre en scène et de s’annoncer – une tâche philosophique jugée essentielle par Walter Benjamin lorsque, dans sa théorie de l’allégorie, il a fait un virage prophétique vers les reliques et les vestiges –, Aljafari se demande : Qui observe, qui observe le regardeur, et en vertu de quelle autorité le fait-il ? Cette question obsédante – Quis custodiet ipsos custodies ? – est ici mise en scène avec une confiance et une aisance étonnantes, avec la force d’un artiste visionnaire qui accepte le défi de problématiser le caractère instrumental de son art. Le résultat est empreint d’une inquiétante étrangeté : nous avons le sentiment d’y avoir été, mais où, quand, comment, et maintenant, où sommes-nous ? »

– Hamid Dabashi, Columbia University, New York

Titre : Recollection
Réalisateur : Kamal Aljafari
Année : 2015
DCP, couleur et noir et blanc
Pays : Palestine, Allemagne
Durée : 70 minutes


Biographies

Kamal Aljafari est diplômé de l’Académie des arts médiatiques de Cologne où il a obtenu la bourse en arts visuels Friedrich-Vordemberge, décernée par la ville de Cologne, en 2004. Parmi ses films, The Roof (2006) a remporté le Best International Award au Images Festival de Toronto et le prix de la meilleure bande sonore au FIDMarseille. Port of Memory (2009) a gagné le Prix de l’Institut français-Louis Marcorelles au Cinéma du Réel de Paris. Visit Iraq (2003), Balconies (2007) et My Father’s Video (2009) sont quelques-uns de ses courts métrages. Aljafari était artiste invité en 2009 au Robert Flaherty Film Seminar à New York et, aussi, en 2009-2010, il était le Benjamin White Whitney fellow au Radcliffe Institute and Film Study Center de l’Université Harvard. En 2010, il a enseigné le cinéma à The New School à New York, alors qu’entre 2011 et 2013, il était professeur associé et directeur de programme à l’Académie allemande du film et de la télévision de Berlin. Il est le lauréat de plusieurs prix de cinéma et de bourses en art tels que le Filmstiftung NRW, le Kunstfonds, ainsi que le Medienboard Berlin Kunststiftung NRW en Allemagne ; le Fonds Sud Cinéma en France ; le Sundance Documentary Fund aux États-Unis. En 2013, il était membre du jury pour l’art et le design de la Studienstiftung des deutschen Volkes, le fonds pour étudiants allemands. En 2013, Aljafari a reçu la médaille d’art de l’État Rio Grande do Sul au Brésil. La première de Recollection (2015) a eu lieu au festival de Locarno. kamalaljafari.com

Établie à Montréal, Nasrin Himada est écrivaine, commissaire et éditrice. Elle est présentement détentrice d’une bourse d’études postdoctorales du FQRSC à l’Université de Montréal. Ses recherches interdisciplinaires portent sur l’histoire du cinéma palestinien, l’art et l’activisme, ainsi que sur la militarisation de l’espace urbain via les infrastructures carcérales et la surveillance policière. nasrinhimada.com

Image

Director(s) : Kamal Aljafari

Duration : 70 min.

Production:Kamal Aljafari


Source de l’article

Articles similaires