Accueil > FESTIVAL 2021 > Mariam Shahin cinéaste palestinienne

Mariam Shahin cinéaste palestinienne

Publié le jeudi 13 février 2020

Mariam Shahin

Mariam Shahin a commencé à travailler comme journaliste de presse écrite en 1988. Durant plus de 20 ans, elle couvre le monde arabe en particulier la Palestine, l’Iraq et la Jordanie. Elle publie des centaines d’articles entre autres dans The Globe and Mail (Canada), The Guardian ou The Independent (GB) ainsi que Tageszeitung (All). Elle réalise également des documentaires pour de nombreuses chaînes de télévisions comme ZDF (All), la BBC et surtout pour le réseau anglophone d’Al Jazeera.

Elle est l’auteure de cinq livres sur le monde arabe les plus connus : « Unheard Voices : Iraqi Women on Sanctions and War » (Éd. Change Thinkbook, 1991) et « Palestine : A Guide » (Éd. Interlink Books, 2006).

Depuis 2006, elle travaille comme réalisatrice indépendante au sein de Maysara Films à Ramallah et a réalisé et produit plus de 60 documentaires.

Elle est basée à Amman et tourne régulièrement en Cisjordanie et à Gaza.

DONOR OPIUM de Mariam Shahin | 2011 Doc | 25 min |

Les Palestinien·e·s sont-ils·elles drogués aux aides internationales ? Selon plusieurs ONG locales, durant ces 20 dernières années, ces « menottes dorées » n’ont permis ni au pays de se developper ni l’instauration d’un Etat indépendant démocratique, objectifs avancés officiellement.

SEED QUEEN OF PALESTINE film de Mariam Shahin | 2018 Doc | 26 min |

Dans les champs de Cisjordanie occupée, une Palestinienne mène une révolution tranquille. Vivien Sansour distribue des semences rares et anciennes aux agriculteurs palestiniens. Comment les persuader de planter ces graines résistantes au changement climatique pour célébrer les plats traditionnels, alors qu’ils subissent la pression de l’occupation et de l’agro-business ?

« La Palestine a toujours été une terre travaillée. Jéricho est un des premiers endroits sur terre où le blé a été cultivé. Replanter ces anciennes semences n’est pas seulement le problème de la Palestine, mais celui du monde entier. » Vivien Sansour