Accueil > F.Palestine En Vue > Mai Masri cinéaste palestinienne

Mai Masri cinéaste palestinienne

Publié le jeudi 26 mai 2016

La cinéaste Mai Masri a vu son film 3000 nuits sortir en France en janvier 2017. Auparavant, elle avait été l’invitée d’honneur du festival régional "Palestine En Vue" et 3000 nuits avait été projeté lors de la séance d’ouverture le 24 mai 2016.

Née en 1959 à Amman d’un père palestinien de Naplouse et d’une mère américaine, Mai Masri étudie le cinéma à l’Université de San Francisco. En 1981, elle retrouve le Liban, pays de son enfance, pour se consacrer à la réalisation de documentaires. Ses films, dont plusieurs sont co-réalisés avec son mari, Jean Chamoun, sont fortement imprégnés de l’exil et de son vécu durant la guerre civile libanaise. Les films de Mai Masri et Jean Chamoun ont obtenu plus de 60 prix internationaux. En 2011, le couple remporte à Cannes le prix MIPDoc Trailblazer qui couronne leur œuvre.

En donnant surtout la parole aux femmes et aux enfants, ses documentaires dressent des portraits et des témoignages poignants sur la vie dans les camps de réfugiés palestiniens et pendant la guerre civile, dont Les enfants de Chatila (1998), Rêves d’exil (2001) et Beyrouth – génération de guerre (1989).

Voir l’ensemble de sa filmographie en fin de page


Maï MASRI Palestinienne Réalisatrice du Film 3000 nuits était présente à la projection du jeudi 5 janvier 2017 au cinéma jacques Perrin à Tarare.

Plus de 100 spectateurs qui ont engagé un débat sur la réalisation de ce film qui met en lumière non sans émotions le sort des prisonnières palestiniennes.

Interview de Mai Masri sur Radio RVR par Blandine Renaud.


Interview de Mai Masri à radio RCF - Sa filmographie, son dernier film « 3000 nuits » Mai 2016

Mai Masri, invitée d’honneur du festival #PalestineEnVue dans sa deuxième édition est arrivée sur Lyon où elle a été reçue par radio RCF nationale avant la séance d’ouverture du festival.

Jocelyne, Fadi et Jo d’ERAAP l’accompagnaient.

- Bonne écoute : Lien vers interview

Le résumé de RCF :

Après avoir longtemps été un cinéma militant,le cinéma palestinien (fictions, documentaires,courts métrages,animations) est essentiellement un cinéma engagé.Par la suite, on peut diviser l’histoire de ce cinéma en deux tendances films au discours explicitement politique et films au langage plus esthétique réalisés à partir de 1980 par Michel Kheifi puis par Elia Suleiman ;
Dans 3000 nuits, Maï Masri, nous entraine dans une prison israélienne hautement sécurisée ou une jeune palestinienne,détenue,donne naissance à un bébé garçon prénommé Nour (lumière)


2015 - 3000 nuits

2007 - 33 Days

2006 - Beirut Diaries

2002 - Rêves d’exil

2001 - Frontiers of Dreams and Fears

1998 - Children of Shatila

1995 - Hanan Ashrawi, une femme de son temps

1992 - Rêves suspendus

1990 - Children of Fire

1988 - Beyrouth, génération de la guerre

1986 - Fleur d’ajonc

1986 - Wild Flowers : Women of South Lebanon

1983 - Sous les décombres